Rechercher


Ecologie gouvernementale : pétrole, schiste, nucléaire...

09/09/2012 07:00

 

Gaz et huile de schiste : ce n'est pas fini !

 

Mobilisation des collectifs du sud de la France contre le discours ambigüe sur les gaz et huiles de schiste le 22 septembre 2012 à Saint Christol-lès-Alès (30 Gard) - sur le site de la Maison pour tous à partir de 10h.

 

"Ces dernières semaines, les industries pétrolières et gazières ont intensifiées leur campagne de communication pour convaincre l'opinion publique des bienfaits supposés de l'exploitation des gaz et huiles/pétrole de schiste en termes d'emploi, de croissance, d'indépendance énergétique et d'énergie à prix bas. Elles tentent de modifier la perception de l'opinion publique en lui faisant croire qu'on pourrait prospecter les gaz et huiles/pétrole de schiste sans passer par la fracturation hydraulique et en expliquant qu'une exploitation propre est possible. La réalité est tout autre, il n'y a pas de méthode alternative à la fracturation hydraulique et celle ci présente une menace immédiate pour notre eau, notre air et notre santé sans parler des effets sur le réchauffement climatique. En minimisant les risques environnementaux et en présentant les gaz, huiles et pétroles de schiste comme solution pour un avenir faible en carbone, l’industrie pétrolière espère rouvrir le débat et oeuvre à l'acceptabilité sociale de leur méthode d'extraction. Ce dont s'est saisi le gouvernement, influencé par leurs discours, en affirmant que "le débat sur le gaz de schiste n'est pas tranché".

 
Cultivant la duplicité, le gouvernement se prononce pour un maintien de l'interdiction de la fracturation hydraulique tout en l'autorisant pour l’exploration, espérant ainsi imposer, au travers des expérimentations, une fracturation hydraulique "encadrée" maîtrisant les risques. Il ouvre la porte à une future exploitation en laissant croire pour apaiser les inquiétudes des populations à l’émergence de technologies alternatives permettant d'extraire cette énergie plus proprement. Nous ne sommes pas dupes, nous restons mobilisés et profondément déterminés. En centrant principalement le débat sur les aspects techniques de l'exploitation du gaz de schiste, le gouvernement occulte la question majeure de l’utilisation des énergies fossiles dans notre avenir énergétique et de leur impact sur le réchauffement climatique. Celles ci freinent le développement d'une autre voie articulée autour des économies d’énergie, de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables. La question ne doit pas tourner seulement autour de la fracturation mais bien de la vision qu'a le gouvernement de la transition énergétique. C'est pourquoi l'ensemble des collectifs du sud de la France conjointement à ceux du nord de la France s’associera le 22 septembre 2012 à la journée mondiale d'action contre les gaz et huiles de schiste appelée Global Frackdown day. Ils réaffirmeront leur opposition à toutes les explorations et exploitations d'hydrocarbure utilisant cette technique destructrice, en France et de par le monde, exprimeront leur solidarité avec tous les mouvements se mobilisant pour protéger leurs communautés contre l'extractivisme et appelleront les responsables gouvernementaux de tous niveaux à promouvoir un avenir énergétique consacré au développement et à la mise en œuvre des énergies renouvelables."

 

Les collectifs organisateurs de la journée internationale du 22 septembre 2012 contre les gaz et pétroles de schiste - Contact presse : Antoine Combier 04 75 36 72 83 / coordination@stopaugazdeschiste07.org

 

Conférence environnementale : 2 mois de cacophonie, 2 jours de conférence, 2 pincées de vernis vert !

 

"C’était une des promesses du candidat Hollande : organiser une conférence de concertation sur les questions environnementales. C’était d’ailleurs quasiment le seul engagement sur ces questions d’un candidat qui n’a pas parlé d’écologie, si ce n’est pour rappeler à l’époque qu’il ne fermait pas la porte de l’extraction des gaz de schiste et qu'il ne fermerait qu'un réacteur nucléaire sur le quinquennat, en dépit des accords passés avec ses partenaires d'Europe Écologie les Verts.  

 
Cette conférence environnementale, les 14 et 15 septembre, va se tenir après deux mois de la cacophonie la plus totale de la part du gouvernement sur l'écologie. Éviction de Nicole Bricq et poursuite des forages off shore en Guyane, lancement du nouveau surgénérateur Astrid, polémique autour du nucléaire et des gaz et huiles de schiste, promotion à côté de la plaque des véhicules électriques, position de retrait sur le volet bio de la Politique agricole commune, confirmation du projet d'aéroport de Notre Dame des Landes... La liste est déjà longue et les premières décisions prises se révèlent extrêmement inquiétantes quant à la façade écologiste du gouvernement et son incapacité à faire face aux lobbies.

 
Sur le volet social de l'écologie, ce n'est pas plus réjouissant. La Ministre de l’Ecologie Delphine Batho a en effet annoncé le contenu de la conférence environnementale : 5 tables rondes sur la biodiversité, l’énergie, la fiscalité, les risques sanitaires et la gouvernance. Rien d'affiché sur la question des emplois, de la reconversion industrielle ou de la relocalisation de la production. Pas même une réflexion sur les fameux "emplois verts" ou les nouveaux secteurs d'activité à développer ne semble réellement envisagée. Pour le gouvernement, les agendas sociaux et environnementaux seraient donc déconnectés l’un de l’autre ?

 
Le Parti de Gauche estime qu’il s’agirait là d’une très grosse erreur. Il n’est plus temps de discuter indéfiniment de la meilleure façon de verdir le capitalisme, il faut agir. Les questions écologiques ne sont pas séparables des questions sociales. Au contraire, elles devraient être la colonne vertébrale de la transition de notre société comme le propose la méthode de planification écologique. Le Front de Gauche organisera un débat le dimanche 16 septembre, au lendemain de cette conférence environnementale, sur son stand à la Fête de l'Humanité avec des représentants d'associations, ONG et syndicats."

 

Arnaud Montebourg rallume le débat sur le nucléaire :

 

"Le ministre du redressement productif s’est à nouveau prononcé en faveur de l’industrie nucléaire ce dimanche 26 août. C’est, selon ses propres mots, « une filière d’avenir ». Tous les arguments et les mensonges habituels sont ressortis pour l’occasion : coût de la filière, emploi, risque nucléaire évincé. Le ministre est semble-t-il bien mal avisé quand dans le même temps, les 264 tonnes de barres radioactives du réacteur 4 de Fukushima ne sont plus protégées que par un bâtiment branlant et une bâche en plastique. Loin d’être réglée, la situation y est en effet toujours aussi dramatique et instable, au point que si un nouveau typhon faisait s’écrouler la piscine, les émissions radioactives alors relâchées seraient plusieurs milliers de fois supérieures à celles d’Hiroshima.
 
Contrairement à ce que disent les dirigeants d’EELV, ce n’est ni un acte isolé ni une provocation. Arnaud Montebourg a reçu le soutien du ministre de l’Intérieur Manuel Valls mais également du Président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone, de quoi donner le ton pour le débat à venir sur la transition énergétique promis par le gouvernement. Ce n’est pas non plus une surprise. C’est au contraire le strict programme présidentiel de François Hollande mais aussi le contenu de l’accord entre le PS et EELV qui n’a jamais rien promis d’autre que la poursuite du nucléaire.
 
Pour le Parti de Gauche, les seuls investissements pertinents dans la filière du nucléaire sont ceux qui permettraient de créer une filière de démantèlement des centrales. Nous proposons de sortir du nucléaire en investissant à la fois dans une filière industrielle de production et de recyclage des énergies renouvelables ainsi que dans la sobriété énergétique (isolation des bâtiments, agriculture, transports en commun, fret, relocalisation de l’économie). Une tel plan permettrait la création de centaines de milliers d’emplois et le maintien du droit à l’énergie pour toutes et tous. Sortir du nucléaire est une question trop sérieuse pour que le Peuple n’en décide pas."

 

Mathieur Agostini, Corinne Morel Darleux

Le Parti de Gauche (PG)

 

 

Dessin "l'Ecologie" par Lardon : http://lardon.wordpress.com

Texte : http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/arnaud-montebourg-rallume-le-debat-sur-le-nucleaire-16517

Collectif Stop au gaz de schiste : http://www.stopaugazdeschiste07.org/