Rechercher


Hollande, les "promesses" d'un homme de droite...

16/08/2012 07:00

 

Bien malheureux d'en arriver à ce constat, mais notre Président de la République, malgré quelques mesurettes de surface (favorable au mariage gay, au vote des étrangers aux municipales, baisse des salaires des ministres...) n'a pourtant rien d'un homme de gauche. Par ses mesures successives à l'encontre du peuple français, par sa position libérale sur l'économie du pays, par sa politique héritière de la droite et continuatrice du précédent gouvernement Sarkozyste, François Hollande ne peut décidemment plus se faire passer pour un politique de gauche. Même s'il est vrai que l'on respire mieux avec lui que sous la dictature Sarkozyste, il n'en demeure pas moins que son parti n'a de "socialisme" que le nom finalement : L'imposture est démasquée !

 

Traité budgétaire européen ou la dictature financière :

 

Il avait promis (à ceux qui l'ont cru) de re-négocier le traité Merkel-Sarkozy (appellé "traité Merkozy") afin d'y ajouter un volet sur la "croissance". Traité appliquant dès lors une rigueur budgétaire à l'Europe, avec la fameuse "Règle d'Or" qui préserverait l'équilibre des comptes publics et sanctionnerait les Etats qui ne respecteraient pas les mesures imposées, mettant alors fin à la souveraineté des nations. Supercherie, puisqu'aucune re-négociation n'a eu lieu et qu'il souhaite même faire ratifier le traité budgétaire européen dès la rentrée sans passer par un référendum demandé par le Front de Gauche... Pour quelqu'un qui disait être contre l'austérité, c'est clairement se payer nos têtes ! 

 

Politique d'immigration ou les indignes humiliations :

 

Il avait promis (à ceux qui avaient de l'espoir) de changer la politique d'immigration légale adoptée par le gouvernement précédent, et faciliter de ce fait les régularisations dont les démarches sont trop souvent compliquées et indignes d'un pays dit "civilisé", tout en luttant contre les discriminations et humiliations honteuses dont sont victimes les immigrés. Or, à ce jour, absolument rien n'a été fait et les décisions d'explusions continuent de voir le jour, en vertu de la loi en vigueur (celle du gouvernement Sarkosyte), quand bien même (faut-il le rappeller ?) l'immigration n'est absolument pas un problème pour la France au contraire de la dictature des marchés fianciers, malgré ce que beaucoup (à tord) peuvent en dire puisque l'immigration rapporte d'avantage au pays qu'elle ne lui coûte...

 

Expulsions des Roms ou la chasse discriminatoire :

 

Il avait promis de cesser les expulsions de Roms et de permettre avant tout de trouver des solutions acceptables et humaines. Résultat, le Ministre de l'Intérieur Manuel Vals s'est mis en chasse de familles de Roms pour les expulser immédiatement et ainsi les renvoyer en Roumanie par des "départs volontaires". C'est une atteinte aux droits de cette population, qui normalement peut librement circuler puisque faisant partie de "l'Union Européenne". Mais c'est également une honte d'avoir à stigmatiser les Roms dans l'opinion publique et les faire passer pour des bouc-émissaires, quand bien même cela n'arrange absolument rien au problème et l'aggrave même, malgré que le gouvernement ait voulu "acheter" leurs départs, puisque ces familles vont se retrouver sans plus aucun lieu de vie. Ce qui est évidemment inacceptable au regard du droit à la dignité humaine...

 

Absence de conscience écologique ou le refus de l'alternative :

 

Il avait promis de faire en sorte que la France sorte peu à peu de sa dépendance au nucléaire, en favorisant la recherche dans les énergies renouvelables. Il disait en effet vouloir réduire de 75 à 50 % le nucléaire dans la production d'énergie et permettre aux énergies propres de se développer d'avantage. Or il n'en est rien, puisqu'il souhaite aider la multinationale Areva a produire d'avantage d'uranium. Par ailleurs, Nicole Bricq, ministre de l'écologie a été virée du gouvernement par Hollande en raison de son refus de cautionner le forage pétrolier en Guyane par les compagnies Shell et Total notamment (elle se positionnait également contre le forage de gaz de schistes). Elle a été remplaçée par Delphine Batho qui a dès lors permis aux lobbies pétroliers d'agir à leur guise... Bonjour le désastre écologique !

 

Augmentation du SMIC ou le mépris du peuple :

 

Il avait promis aux français de donner un "coup de pouce" au SMIC pour ainsi permettre aux ménages de "mieux respirer". Il a dès lors annonçé une augmentation méprisante de 2 % seulement (1 425 euros/mois), mais il faut savoir qu'une partie est prise comme une "avance" sur l'augmentation de l'année prochaine, autrement dit, cela n'équivaut réellement qu'à une hausse de 0,6 %. Un mépris total envers la masse salariale qui attendait mieux de sa part, puisqu'avec cette farce du gouvernement les français peuvent tout au plus se payer un "carambar" par jour, selon Jean-luc Mélenchon... A ce sujet, le Front de Gauche, conformément aux demandes réitérées de la CGT, souhaite un SMIC à 1 700 euros pour relancer l'activité du pays par la consommation. Contrairement à l'ignorance de ceux qui pensent que cette mesure n'est pas réaliste, des économistes du Front de Gauche ont clairement expliqués que cela était tout à fait possible, à condition évidemment de créer un Pôle public bancaire qui permettrait de faire des prêts à taux très bas aux entreprises qui en auraient besoin. Ceci pour faire la transition entre le moment où elles devraient augmenter leurs employés et celui où leur carnet de commande se remettrait à grossir du fait de la consommation accrue d'une population ayant retrouvé un meilleur pouvoir d'achat. Augmenter les salaires est donc une mesure parfaitement faisable et réalisable, à condition de réellement le vouloir... 

 

Continuité de la politique (néo)libérale ou l'apologie du "libre-échange" :

 

Il avait promis vouloir changer la politique libérale de son prédécesseur Sarkozy, en souhaitant une autre Europe plus sociale et solidaire en s'attaquant au pouvoir de la finance et aux délocalisations. Mais, en restant sur des prises de position favorisant le libre-échange et la libre circulation des marchandises en Europe, il facilite les délocalisations et protège les actionnaires au dépend des travailleurs qui n'ont alors plus aucun poids face aux grands patrons qui n'hésitent pas à licencier pour s'assurer d'importants bénéfices. Le Front de Gauche propose à cela, l'interdiction des licenciements boursiers, mais Hollande semble jouer l'indifférence... En attendant, ce sont des milliers de personnes qui, chaque jour, perdent leur emploi (il n'y a qu'à voir le cas de PSA Aulnay) et cela désindustrialise le pays peu à peu.

 

Alors, le changement...c'est quand ?!

Je ne sais plus s'il faut en rire ou en pleurer... Toujours est-il que la vraie gauche est incarnée aujourd'hui par le Front de Gauche et que notre programme "l'Humain d'abord"est plus que d'actualité...

 

Cyprien J.

 

 

Dessin "There’s magic in the air" par Lardon : http://lardon.wordpress.com