Rechercher


Mise au point sur les calculs du PS

25/05/2012 07:00

 

Du désaccord face au FN, aux élucubrations au sujet de notre participation au gouvernement.

 

"Depuis le mois de septembre 2010, le Front de gauche a proposé une rencontre au PS et à EELV, en vue de candidatures communes, dans les circonscriptions où il y avait un risque d’élimination de la gauche dès le premier tour. Nous avons reçu une fin de non recevoir, ces 2 partis préférant à l’évidence, utiliser le FN pour favoriser l’arnaque du vote utile en leur faveur.


A l’issue de la victoire de F.Hollande, qui je le rappelle, aurait été impossible sans les 4 millions de voix du Front de gauche, les négociations ont été entamées, mais ont échoué, d’une part à cause de l’hégémonie incroyable du PS, mais aussi, en fonction d’un calcul politicien peu reluisant, celui de préserver la possibilité de triangulaires UMP, FN, PS, afin d’obtenir une majorité absolue et de se passer du Front de gauche au Parlement.

 

Cette position irresponsable est bien loin du courage de J.L.Mélenchon qui lui a accepté d’aller affronter la candidate fasciste dans sa circonscription. Cela rend d’autant plus inacceptable les allégations de M. Aubry et des siens, renvoyant l’échec des négociations à de prétendues divergences entre PCF et PG. La dynamique populaire, qui ne cesse de grandir autour du Front de gauche, inquiète la nouvelle majorité présidentielle, mais cette dernière n’arrivera pas à nous diviser. Unis et rassemblés nous sommes, unis et rassemblés, nous resterons, afin de contribuer à ce que réussisse le changement.

 

Il en est de même au sujet de notre participation au prochain gouvernement. Le PCF souhaite donner le pouvoir au peuple. Encore faut-il que nous le prenions, et nous ne le cachons pas, nous voulons à ce titre accéder au pouvoir, y prendre toute notre responsabilité.

 

Mais, nous ne le ferons que dans le cadre d’un programme qui rompe radicalement avec les logiques ultralibérales. Nous avons dit et répété qu’en aucun cas, nous ne participerions à un gouvernement qui se contenterait de substituer à une austérité de droite, une austérité de gauche, ce qu’est aujourd’hui le programme de F.Hollande. L’enjeu majeur des législatives est bien de donner au Front de gauche, un nombre suffisant de députés et de suffrages, afin d’éviter que l’espoir né le 6 mai, ne se transforme en une nouvelle désillusion.

 

Plutôt que d’abreuver les médias de supputations mensongères à notre égard, Martine Aubry ferait mieux de balayer devant sa porte, notamment, mais pas seulement, dans le Sud-Aveyron où le spectacle donné est loin des préoccupations des gens !

 

Au PCF, ce sont les adhérents, à la base, qui décideront, en toute connaissance de cause, d’une participation ou non à un gouvernement. C’est ce qu’on appelle la démocratie !"

 

 

Texte : Martine Perez - membre du Conseil National du PCF et secrétaire départementale - http://pcfmillau.org