Rechercher


Notre Dame des Landes : Manipulation du pouvoir solférinien !

23/02/2014 07:00

Le gouvernement solférinien n'avait aucun intérêt à ce que la manifestation de Nantes (du 22 février), regroupant plus de 50 000 manifestants, se déroule dans le calme et la sérénité. Les dégradations dans le centre-ville, causées par une toute minorité de personnes, ont permis de discréditer l'ensemble de la manifestation regroupant, entres autres, les opposants à l'aéroport de Notre Dame des Landes. De ce fait et par le biais des médias dominants, l'opposition passe aux yeux de la population française comme une horde de vulgaires casseurs, violents et irrespectueux des institutions républicaines. Ce qui permet ainsi de justifier, évidemment, l'accréditation du projet d'aéroport dans l'opinion publique...


Appellés "Black Blocs", cette poignée d'individus est donc présentée comme un ensemble de groupes plus ou moins anarchistes appartenant à ce qu'ils appellent la "gauche ultra". Ne manquant pas, par la même occasion, d'y englober le Front de Gauche qui n'a pourtant rien à voir avec ces comportements dits "extrémistes", malgré une présence effective à la manifestation (tout comme des membres EELV du gouvernement, au passage)... Ceci dans le seul but de discréditer la seule dynamique alternative qui peut mettre en danger ce gouvernement libéral qui se prétend de "gauche", mais qui fait une politique de droite ! Et qu'en est-il des violences faites par les gardes-mobiles sur les occupants de la Zone à Défendre (la ZAD) ? ...


Si ces "ultras" pourtant minoritaires, ont véritablement dégradé le centre-ville de Nantes, il est un fait observable qu'ils n'ont pas été distingué de l'ensemble des opposants présents à la manifestation anti-aéroport. L'amalgame est une trop bonne aubaine pour le gouvernement pour discréditer le mouvement d'opposition au projet d'aéroport, comme je l'ai précisé en début de texte. Par ailleurs, cela fait évidemment du grain à moudre au sein des mouvances d'extrême-droite qui se targuent d'être à distinguer de ces "casseurs", et font mine de s'indigner du "deux poids, deux mesures" appliqués par le gouvernement "fauxcialistes".


En effet, ce faisant, l'opinion publique note une différence d'appréciation du pouvoir à l'égard des actes de vandalisme de ces "ultras de gauche", et au regard de "la manif pour tous" qui s'est déroulée il y a quelques mois déjà, à Paris, où d'autres actes de violences de la part de militants d'extrème-droite s'étaient vu réprimés et condamnés. Le Front National s'en frotte ainsi les mains, puisque la manière dont l'information est traitée dans les médias, laisse à penser que "l'autre gauche", qu'ils disent "extrème", est un danger pour la démocratie et les institutions républicaines. Ainsi, l'opinion se range aux thèses réactionnaires de ceux qui surfent sur l'évènement.


Le gouvernement a donc voulu fait d'une pierre deux coups. D'une part l'écart réprimandable d'une partie de la manifestation aura servi à accréditer le projet d'aéroport et à discréditer "l'autre gauche" et d'autre part, il lui servira à brandir le danger de l'extrême-droite (qui se sera repus du funeste dérapage pour étendre d'avantage ses idées) et ainsi appeler les français au vote "utile" lors des prochaines élections à venir (comme à son habitude)... Et c'est là que le serpent se mord la queue dans la grande manipulation médiatico-politique ou devrai-je dire la tambouille politicienne du parti solférinien...


Il s'agit de ne pas être dupe des manoeuvres gouvernementales visant à discréditer l'opposition. La réalité, c'est qu'hormis ces actes isolés de dégradation et de violence condamnés par la grande majorité de l'ensemble des opposants au projet, la manifestation a eu un grand succès. Il serait enfin temps que le gouvernement cesse dans son obstination aveugle. Non, le projet d'aéroport ne se fera pas !


Cyprien J.



Communiqué du Parti de Gauche