Rechercher


Nouvel internationalisme : Un monde solidaire et fraternel

20/02/2013 07:00

 

Quel est le constat ?

 

Les alliances actuelles favorisent une mondialisation libérale qui s'empresse de contrôler les peuples et plaçer les pays pauvres sous le joug de leur domination. Il en résulte une perte de souveraineté pour ces pays, auxquels on impose la stricte obéissance à l'austérité exigée et pour qui on n'hésite pas à faire preuve de chantages financiers. Ainsi les Etats-Unis (alliés de l'Union Européenne) font preuve d'une grande arrogance (tout en bafouant constamment le droit international) lorsqu'ils décident à la place de pays, normalement indépendants et souverains, qu'elles seront les actions qui devront y être menées eu égard à certaines appréciations subjectives comme le "manque de démocratie" ou le "non-respect des droits de l'homme". C'est ainsi qu'ils préparent des guerres, des coups d'états, des conflits en tout genre, pour mieux les dominer et ainsi en exploiter les richesses tout en s'offrant des points stratégiques dans le monde. Il suffit d'analyser le conflit au Mali par exemple, ou encore la guerre en Afganistan, en Irak, etc... La même raison les pousse à donner appui au FMI qui sous le prétexte des dettes relatives aux pays, privent les Etats-nations de leur indépendance financière et plongent les peuples dans une misère honteuse. Tout cela, pour leur garantir le monopole de la richesse et du pouvoir sur le monde.

 

Il en va de même de l'Union Européenne qui impose ses directives par le biais de la Commission Européenne et de la Banque Centrale Européenne. Les pays d'Europe se laissent malheureusement abusés, croyant pouvoir régler leur dettes par des politiques d'austérité visant à réduire le déficit public, alors même que cela ne fait que les entrainer vers une récession prévisible. Les dirigeants de ces pays demandent alors de faire des économies et c'est encore aux peuples que l'on s'adresse, comme s'ils étaient responsables de l'endettement. Le soi-disant "modèle allemand" s'illustre à ce propos comme celui qui souhaite soumettre les Etats à une austérité sans fin, oubliant d'admettre qu'il agit en ce sens pour protéger ses rentiers, puisque sa population vieillissante vit grâce aux retraites par capitalisation. Les libéraux et sociaux-libéraux s'empressent alors de s'aligner sur leurs homologues conservateurs, au dépend des peuples en souffrance. Cette Europe austéritaire n'est pas l'Europe que nous voulons et, n'oublions pas, que tant que la France continuera à être présente au sein de l'OTAN, du G8, G20 et autres organisations illégitimes, nulle perspective de paix ne pourra voir le jour.

 

Par ailleurs, en ce qui concerne le néo-colonialisme, cela est encore d'actualité malheureusement et il suffit de tendre l'oreille à l'information internationale pour s'en rendre compte. L'Afrique est un bon exemple pour illustrer ce problème. En effet, combien de fois a-t-on prétexté vouloir rétablir la "paix" et la "démocratie" ou lutter contre le "terrorisme" et les "fanatiques religieux", etc... ? A chaque fois, l'on essaye (avec le concours des médias) de manipuler l'opinion publique pour créditer une guerre ou un coup d'état sur un pays dont les ressources intéressent les puissances mondiales. C'est ainsi que la France continue sa politique "Françafrique", en établissant ses relations internationales avec le continent Africain sur des bases néo-coloniales. Rappelons-nous les divers dictateurs soutenus ou mis en place par la France dans certains pays d'Afrique, pour les déstabiliser et ainsi les rendre vulnérables à toute domination extérieure. L'intérêt des pays riches trouvera toujours à faire profit sur les richesses produites dans les pays les plus pauvres, par l'exploitation de la misère humaine et cela est intolérable. Surtout que ce faisant, et en créant les inégalités que cela suppose, nous n'oeuvrons malheureusement pas à la réduction de la dette écologique, qui pourtant devrait être notre principal objectif commun. La crise écologique, en effet, s'aggravera tant que la crise du capitalisme ne sera pas abolie définitivement...

 

Que propose le Front de Gauche ?

 

L'Amérique du Sud, pour ne prendre que cet exemple, nous offre une formidable source d'inspiration. Parceque ses pays ont un jour décidé de tourner le dos aux politiques libérales et de sortir du joug des Etats-Unis, ils affrontent aujourd'hui le monde du capitalisme financier et instaurent une meilleure répartition des richesses en faisant reculer la pauvreté et la misère sociale. Ces pays qui jadis, étaient sous tutelle du FMI et de la Banque Mondiale, ont mis en oeuvre un système de solidarité (fin des retraites par capitalisation, répartition des richesses, augmentation des salaires, système de santé accessible à tous, missions d'alphabétisation, etc...) et ont même refusé, pour certains d'entres eux, de payer la dette illégitime qui planait au-dessus d'eux, telle une épée de Damoclès, et l'ont ainsi tout simplement annulée. L'Equateur (qui a expulsé le représentant de la Banque Mondiale), le Vénézuela (qui a repris le pétrole aux mains des multinationales pour en faire profiter le peuple vénézuelien), l'Argentine (qui a repris le pouvoir sur la finance en créant des banques d'investissements), etc... sont autant d'exemples, ayant entrepris de retrouver leur souveraineté, qui montrent combien il est réaliste et possible de proposer un autre modèle de développement plus responsable, plus juste et plus humain. Il faut donc, de même, couper toute alliance avec l'impérialisme des Etats-Unis dont la puissance décline d'année en année.

 

Par ailleurs, dans un souci de coopération avec les pays émergents, le Front de gauche souhaite sortir de l'OTAN et former une alliance altermondialiste avec les pays en voie de développement, notamment avec ce que l'on appelle les BRICS, c'est à dire le Brésil, la Russie, la Chine et l'Inde et l'Afrique du Sud. Bien entendu, il est souhaitable de modifier les relations internationales pour faire en sorte d'établir des échanges basés sur un respect de la souveraineté des pays, une solidarité entre les peuples et une cohérence écologique. Pour cela, il est d'abord nécessaire d'annuler la dette des pays pauvres et mettre en place un Fond solidaire de coopération. Ensuite, il est indispensable d'établir une coopération  "euro-méditerranéenne" avec les pays du sud tels que le Maroc, l'Algérie ou encore la Tunisie, qui souhaitent construire leurs propres démocraties et dont nous devons, par fraternité, consolider nos liens. Le Front de Gauche se veut internationaliste, raison pour laquelle, l'on ne peut que souscrire à l'invitation de Jean-Luc Mélenchon (voir son discours Place de la Bastille) à vouloir se considérer comme appartenant à l'Humanité Universelle...

 

Cyprien J.

 

 

Photo : http://pourunmondesolidaire.wordpress.com