Rechercher


Droit de vote des étrangers aux élections locales

02/10/2013 07:00

 

Quel est le constat ?

 

La République telle que définit lors de la Révolution Française de 1789, proclame dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, l'égalité des droits au regard de tout homme ne pouvant se définir qu'appartenant au genre humain. En 1848, fut adopté le suffrage universel (en fait, pas complètement "universel", puisqu'exclusivement masculin) et ce n'est que bien plus tard, en 1944, qu'il fut également élargi à la gente féminine. Pour qu'il y ait égalité, par définition, il ne doit y avoir aucune discrimination, aucune exclusion sociale. Raison pour laquelle, les Constituants révolutionnaires mettaient fin à l'antique monarchie et par là-même aux privilèges qui y étaient liés, permettant dès lors qu'il n'y ait plus de "sujets" mais des citoyens à part entière, dont nul ne pouvait se réclamer au-dessus des lois de la République. C'est ainsi que tous les Français eurent droit à un état civil.

 

Pour voter donc, il s'agit avant tout d'être citoyen de la République, comme le stipule la Constitution Française de 1958 (celle de notre fatiguée Ve République). En 1981, François Mitterrand s'était engagé à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales (après 5 ans de présence sur le territoire français), mais malheureusement celui-ci n'a pas tenu sa promesse et il en va de même aujourd'hui, en 2013, avec l'actuel président de la République, François Hollande... Il semblerait donc, que d'une part il n'y ait aucune réelle volonté politique (sinon celle motivée par une démarche électoraliste) d'aboutir à un droit de vote des étrangers aux élections locales (malgré le besoin ressenti à notre époque) et d'autre part, qu'il soit besoin de modifier la Constitution pour élargir la citoyenneté (ceux qui ont le droit de cité) non plus aux seuls détenteurs de la nationalité française, mais à ceux qui, résidant sur le territoire français mais étant d'origine étrangère, jouent également un rôle dans la cohésion sociale de notre pays.

 

Que propose le Front de Gauche ?

 

La France dans toute la richesse de sa diversité, compte en son sein des millions de personnes étrangères qui vivent, travaillent, payent des impôts, scolarisent leurs enfants dans les écoles, participent au bien commun par leur implication personnelle au sein de structures associatives, syndicales ou simplement citoyennes, et ce parfois depuis de nombreuses années. Ces personnes vivent, à l'instar de tous Français, sous les lois de la République et de ses institutions et dès lors que chacun participent à la vie démocratique en tant que citoyen, il n'y a aucune raison à ce qu'une partie de la population ne puisse pas avoir les même droits que les autres. Ces résidents d'origine étrangère restent impliqués d'une manière ou d'une autre au tissu économique et social auquel ils participent naturellement. En cela, rien ne les différencient de toute personne détenant la nationalité française. Ensemble, nous nous efforçons de vivre au mieux, tout en respectant les lois appliquées dans le pays et les institutions qui y sont définies.

 

Le Front de Gauche propose donc, par souci d'égalité, d'élargir le droit de vote et d'éligibilité des résidents étrangers aux élections locales. Ceci afin de lutter contre le communautarisme et les discriminations injustes dont est victime une partie de la population qui ne demande qu'à s'intégrer à la société actuelle. C'est aussi un gage de fraternité et de volonté d'agir pour une cohésion sociale, comme l'ont déjà adopté certains autres pays de l'Union Européenne...

 

Cyprien J.

 

 

Illustration : http://site.ldh-france.org/hautsdeseine/