Rechercher


Palestine : Etat d'observateur non-membre à l'ONU

20/12/2012 07:00

 

Communiqué des Alternatifs :

 

"La Palestine à l'ONU ! quel changement ? Ce 29 novembre 2012, 67 ans jour pour jour après la résolution des Nations Unies sur le partage de la Palestine créant deux Etats sur ce territoire, 138 pays sur 188 ont voté pour l'admission à l'ONU de la Palestine comme état observateur non membre. Seuls 9 Etats, entraînés par les Etats-Unis et Israël s'y sont opposés. Le résultat de ce vote montre que, en dehors du monde occidental (Amérique du Nord, Europe, Océanie), la cause palestinienne bénéficie d'un très large consensus. Le texte adopté fait référence aux résolutions 181 (plan de partage) et 194 (réfugiés) des Nations Unies. Les frontières du futur Etat de Palestine doivent être celles de 1967 et sa capitale Jérusalem-Est.

 

Les Alternatifs s'associent à la joie manifestée par le peuple palestinien, aussi bien en Cisjordanie qu'à Gaza, à l'annonce de ce vote, qui est aussi une reconnaissance de sa capacité à résister. Ils dénoncent le double langage des USA et de certains pays de l'UE dont les discours sous couvert d'une pseudo relance du "processus de paix" défendent la création d'un Etat palestinien mais dont les actes consistent à voter contre ou à s'abstenir. Cette victoire diplomatique de la Palestine ne modifie pas la donne sur le terrain, à savoir la poursuite de l'occupation, de la colonisation (Israël défie l'ONU en annonçant au lendemain du vote la construction de 3000 nouveaux logements dans les colonies) et du blocus de Gaza. Cette admission de la Palestine lui permettra de saisir directement des instances internationales telles que la CPI ce qui pourrait constituer un pas en avant.

 

Dans la logique de son vote à l'UNESCO l'an dernier, et à l'ONU cette année, la France doit reconnaitre l'Etat de Palestine et s'impliquer d'avantage, aussi bien auprès des autres pays de l'UE que de l'Etat d'Israël, afin de contraindre ce dernier à respecter enfin le droit international qu'il bafoue depuis sa création. En effet, la solution ne pourra émerger que lorsque les pays dominants, en premier lieu les Etats-Unis et l'UE imposeront à l'Etat d'Israël, par des sanctions, le respect du droit international. Seule, la reconnaissance de l'intégralité des droits du peuple palestinien est à même de ramener la paix. Mais cette victoire diplomatique doit être l'occasion de développer le mouvement de solidarité avec les peuple palestinien, élément essentiel de son combat. Application du droit international, rien que le droit, tout le droit !"

 

 

Communiqué de la Gauche Anticapitaliste :

 

"La Palestine à 'ONU, maintenant appliquons les droits palestiniens ! Par 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions, l'Assemblée générale de l'ONU a scellé la reconnaissance d'un Etat palestinien comme état observateur non membre des Nations Unies. Ce vote historique signifie que plus des deux tiers des pays représentés à l'ONU estiment légitime l'aspiration des palestiniens à disposer d'un Etat. Ce vote est un rappel important des droits du peuple palestinien, énoncés dans de nombreuses résolutions des Nations Unies.
Des scènes de liesse ont accueilli ce résultat dans les principales villes de Cisjordanie, à Gaza et un rassemblement de soutien s'est tenu à Tel-Aviv.

 

Dans le carré très restreint des opposants à la résolution victorieuse figurent les USA. Sa représentante à l'ONU n'a pas craint de dénoncer une résolution non productive qui mettrait des obstacles sur le chemin de la paix. Traditionnel soutien de la politique belliciste d'Israël, les USA de B. Obama ont encore tout récemment soutenu l'opération "Pilier de défense" contre Gaza. Quant à l'Europe, elle est bien divisée sur la question puisque, si la France a voté pour, une dizaine de pays se sont abstenus dont l'Allemagne et la Grande-Bretagne.

 

La crainte du gouvernement israélien c'est la possibilité maintenant ouverte pour les palestiniens de saisir la Cour pénale internationale et de poursuivre des responsables israéliens pour crimes de guerre. Bien évidemment, sur le terrain la situation est toujours bloquée. En pleine campagne électorale, B. Netanyahu, en alliance avec le leader d'extrême-droite, A. Lieberman, après avoir pilonné pendant plus de 10 jours la bande de Gaza., déclare aujourd'hui que ce vote à l'ONU ne change rien. Il est en cela fidèle à une poition constante des gouvernements israéliens : ne tenitr aucun compte des votes de l'ONU concernant les palestiniens.

 

Son attitude confirme que l'application des droits du peuple palestinien ne peut faire l'impasse sur une forte mobilisation visant à imposer à Israël l'application du droit international. Cette prise de position de 138 Etats par ce rappel de la légitimité palestinienne et la démonstration de l'isolement israélien est positive. Elle doit maintenant se traduire par des mesures concrètes permettant aux palestiniens de ne plus vivre sous occupation, sous blocus à Gaza, de ne plus subir la colonisation. Si les Etats ne prennent pas leurs responsabilités, c'est à l'ensemble de la société civile internationale de le faire en participant à la campagne Boycott Désinvestissement et Sanctions et à toutes les initiatives citoyennes visant à briser l'impunité dont bénéficie Israël."

 

 

Textes : http://www.alternatifs.org - http://www.gauche-anticapitaliste.org

Photo : http://www.alternatifs44.com