Rechercher


Patrick Tiagoné : Victime de l'Administration Française

24/08/2012 07:00

 

Patrick Tiagoné, comme tant d'autres en son cas, bataille comme il peut pour arriver à obtenir un titre de séjour qui puisse lui permettre de continuer à résider en France et ainsi y travailler dans le domaine qui est le sien. Professeur d'Allemand d'origine ivoirienne et débarqué d'Allemagne, il a travaillé récemment dans l'Education Nationale, au lycée Jean Vigo à Millau. Comble de l'administration française, malgré son statut de fonctionnaire d'Etat, aucun numéro de sécurité sociale n'a pû lui être attribué (normalement par l'INSEE). Sa carte de séjour étant périmée, son contrat de travail terminé, il a fallut demander à la Préfecture de Rodez de lui accorder un délai de quelques mois pour lui laisser le temps de faire les démarches nécessaires, afin qu'il sorte de cette précarité épuisante.

 

Cette carte de séjour temporaire, obtenue moyennant la somme scandaleuse de 708 euros, s'épuisera le 1er septembre. Autrement dit, dans à peine deux semaines. Ce racket de l'Etat est tout à fait inadmissible et démontre une fois encore que le gouvernement actuel, laissant croire aux gens qu'il est de "gauche", n'a décidémment aucune volonté de changer cette politique d'immigration honteuse héritée de l'ère Sarkozyste. Et toujours pas de contrat de travail malgré une soi-disant "promesse d'embauche" qui lui avait été rédigée, lui laissant espérer qu'il aurait pû retrouver un poste d'enseignant à la rentrée prochaine. Ce qui lui aurait alors permis d'obtenir une nouvelle carte de séjour. Toutefois, Il se trouve que cette promesse n'est que du vent, du blabla administratif pour faire bonne figure, bref : aucune volonté réelle de l'aider finalement.

 

Nous sommes donc repartis avec lui à la Préfecture de Rodez, pour demander une carte de séjour "salariée", puisqu'au 1er septembre l'actuelle sera à nouveau périmée. On lui demande de trouver un contrat de travail, un CDI. Mais quel employeur donnerait un Contrat à Durée Illimitée (CDI) à une personne dont la carte de séjour expire dans quelques jours ? Quel employeur prendrait le risque d'embaucher un "sans-papier" ? Et quand bien même, il reçevrait une nouvelle carte de séjour, celle-ci serait valable seulement quelques mois, puis le problème se re-poserait par la suite... A croire que tout est mis en oeuvre pour empêcher l'insertion légitime de personnes étrangères sur le sol français. Ces personnes sont traitées comme de la marchandise, alors qu'elles souhaitent simplement pouvoir travailler légalement et participer comme tout le monde à la vie en société. Il est grand temps de changer cette politique d'immigration qui est indigne d'une terre d'accueil...

 

Patrick n'est qu'un exemple parmi tant d'autres en France qui subissent ce traitement administratif et sont menacés d'expulsion. Je pense notamment à certain(e)s qui, travaillant comme intermitant du spectacle, se voient refuser un nouveau titre de séjour sous le prétexte aberrant que ce statut n'est pas reconnu par l'administration... Décidémment, la France a bien du mal à sortir des politiques de droite qui semblent toujours convenir à notre président-libéral qui avait fait tant de promesses lors des élections précédentes...

 

Cyprien J.

 

 

[ Photo : Patrick Tiagoné à Rodez, le 20 Août 2012 ]