Rechercher


Patrick Tiagoné : carte de séjour de 708 euros !

01/07/2012 07:00

 

Compte-rendu de la mobilisation du mercredi 27 juin 2012 :

 

"Mobilisation réussie mercredi après-midi pour accompagner Patrick Tiagoné à Rodez récupérer son titre de séjour à la Préfecture, quelques jours avant l'expiration de son récépissé de demande de carte de séjour.

 

Il y avait une belle diversité à ce rassemblement : des collègues du lycée et du collège de Millau, représentants de la FCPE, militants syndicaux de Millau mais aussi de Rodez et Decazeville (CGT, FSU, SUD) des militants du Front de Gauche, du PCF, et du NPA venus de Millau pour soutenir Patrick avec ses amis.

 

Les personnes présentes étaient contentes de se retrouver pour soutenir Patrick.

Il manquait sans doute les élèves du lycée de Millau mais pas facile pour eux de s'organiser pour effectuer le déplacement à Rodez en cette période d'examens.

 

La solidarité financière organisée au lycée de Millau a permis de réunir près de 1200 euros (la CGT communaux, la FSU 12, les militants de la section de Millau du PCF ont versé 150 euros au titre de la solidarité). De plus, grâce à l'intervention de l'administration du lycée et de nos organisations syndicales, le service social de l'Education Nationale a attribué une aide exceptionnelle de 700 euros que Patrick va recevoir prochainement.

 

Si vous le souhaitez vous pouvez encore participer à la souscription et envoyer vos chèques libellés à l'ordre de notre collègue Françoise Denis (professeur au lycée Jean Vigo, le Puits de Calès, 12100 Millau) qui centralise les dons et transmettra à Patrick.

 

Notre collègue est allé chercher son nouveau titre de séjour avec une grande dignité accompagné par une délégation de militants, sous les yeux des photographes, des policiers et des fonctionnaires de la préfecture plutôt impressionnés et mal à l'aise face à notre détermination à dénoncer le traitement des personnes sans papiers.

 

L'action doit continuer pour Patrick :

 

Patrick a donc reçu une carte de séjour (voir photo en début d'article) pour l'été payé au prix fort (Sept cents huit euros). Nous sommes contraints de rester mobilisés jusqu'au renouvellement de sa carte de séjour.

 

Fait exceptionnel pour un contractuel, le Recteur de l'Académie de Toulouse s'est engagé par courrier à la Préfète à lui attribuer un poste en priorité l'année prochaine. Quoi qu'il en soit, nous avons aussitôt demandé à la direction du service des étrangers de la préfecture de Rodez, le renouvellement du titre de séjour de Patrick (quelle que soit sa situation professionnelle à la rentrée) en nous appuyant sur le Code du Travail. Nous continuons d'exiger une carte de séjour salarié d'un an minimum.

 

Article R5221-33 :

Par dérogation à l'article R. 5221-32, la validité d'une autorisation de travail constituée d'un des documents mentionnés au 6° (carte "salarié") ou au 9° bis (carte bleue européenne) de l'article R. 5221-3 est prorogée d'un an lorsque l'étranger se trouve involontairement privé d'emploi à la date de la première demande de renouvellement. Si, au terme de cette période de prorogation, l'étranger est toujours privé d'emploi, il est statué sur sa demande compte tenu de ses droits au regard du régime d'indemnisation des travailleurs involontairement privés d'emploi.

 

La Préfecture ne semblait pas au courant de ces dispositions du Code du Travail. Elle a promis de vérifier et "d'instruire le dossier" à partir de cet élément nouveau que nous lui avons soumis, grâce aux infos de nos camarades du Réseau Education Sans Frontière (RESF) avec lesquels nous sommes en relation depuis le début de cette mobilisation.

 

Edouard Martin"

 

 

Photo : Patrick Tiagoné présentant sa carte de séjour à 708 euros ! - Texte : Edouard Martin