Rechercher


Saint-Affrique : Benoit Hamon... au Front de Gauche ?

11/09/2012 07:00

 

Coïcidences et opportunités :

 

"Nous apprenons par la presse que la fête de la Rose du parti Socialiste aura lieu le samedi 15 septembre, à Saint-Affrique, en présence de "la tête d'affiche Benoît Hamon, Ministre en charge de l'économie sociale et solidaire".

 

Sommes-nous paranoïaques si nous pensons que le choix de la date n'est pas un hasard ? Au même moment se déroulera la Fête de l'Humanité, occasion forte de l'expression culturelle, politique et de contestation.

 

Le Front de Gauche est habitué à ce genre de compétition. Lors des élections législatives, au-delà du "vote utile", combien de ses candidats ayant des chances de battre la droite ont été battus à cause du maintien d'un candidat socialiste !

 

Pour autant, après la défaite de Nicolas Sarkozy à laquelle le Front de Gauche a participé activement, cette opportunité d'interpeller un ministre du gouvernement sur les problèmes rencontrés par nos concitoyens est importante.

 

Même si nous pensons qu'en démocratie un mandat de cinq ans ne se juge pas sur les premiers jours, les attentes de signes, d'actes, de symboles d'une politique de gauche sont nécessaires pour éclairer le chemin.

 

Voici quelques questions :

 

- Le coup de pouce au SMIC est-il suffisant ? 

- La baisse du carburant est-elle significative ?

- Pourquoi le gel du barème des impôts condamné sous Sarkozy serait-il applicable sous F. Hollande ? Cela va appauvrir encore plus les couches populaires (ponction de 3 milliards sur le pouvoir d'achat et freiner la relance...

- La possibilité très partielle de prendre sa retraite à 60 ans suffit-elle ?

- Vers quels services publics va-t-on quand l'on constate des suppressions de trains à Millau ?

- A quand la création d'un pôle public financier et du crédit qui permettrait aux PME d'investir ?

- Où sont les mesures de relance à l'opposé de l'austérité appelée de leurs voeux par les marchés financiers ?

- Lors des élections, une volonté forte de transformation sociale et écologique de la planète s'est exprimée. Où sont les signes de propositions allant dans ce sens (forage en Guyane pour le pétrole et gaz de schiste par exemple) ?

- Quelle impulsion est apportée à l'économie sociale et solidaire, thème sensible dans notre territoire ?

- Il y a 30 ans, le Capital et le Travail se partageait les fruits de la richesse à égalité. Aujourd'hui, le Capital s'en accapare 60 %, et le Travail, en luttant, en conserve 40 %. Où sont les signes de rééquilibrage ? (Peugeot à Aulnay par exemple).

 

Enfin, abordons l'Europe :

 

N. Sarkozy avait signé avec A. Merkel un pacte de "stabilité" qui imposait des critères d'austérité, le gel des salaires, l'extension de la précarité, la casse des codes du travail, la privatisation des services publics, la restriction des moyens attribués aux collectivités territoriales, en somme la poursuite d'une politique ultra-libérale malgré la défaite programmée de juin. Un volet de croissance a été depuis "arraché" par notre Président de la République. S'il n'est pas honteux, pourquoi ne pas demander au Peuple son avis comme en 2005 plutôt que de se limiter à le faire ratifier par un parlement muselé ?

 

Malgré l'invitation publique de se rendre à cette fête de la rose, les communistes trouveront plus utile de participer à la Fête de l'Humanité qui sera le rendez-vous de l'action dans tout le pays pour exiger la tenue d'un référendum sur le traité européen... Ils appellent celles et ceux qui ne peuvent aller à cette Fête de l'Huma à interpeller Monsieur le Ministre de "l'économie sociale et solidaire" sur ces questions et sur d'autres.

 

Pour ceux qui peuvent y aller, possibilité de covoiturage avec participation aux frais d'essence moyennant "un coup de main" au stand de l'Aveyron (renseignement fédération du PCF : 05 65 69 55 00 ou  06 11 67 90 99). Nous ne lâchons rien et nous vous donnons rendez-vous pour poursuivre et enrichir la dynamique Front de Gauche."

 

Nicole Couffin (Secrétaire de la section PCF du Saint-Affricain)

 

 

A l'attention de notre camarade Benoît Hamon :

 

"Cher Camarade, 

 

Vous serez l'invité des socialistes sud-aveyronnais ce week-end, à l'occasion de la fête de la rose. Je serai à la fête de l'Humanité... et ne pourrai donc pas participer au débat prévu. Je le regrête pour deux raisons :

 

La première, c'est que je ne souhaite pas un échec de l'actuel gouvernement, car les conséquences pourraient être dramatiques pour notre peuple. Mais plus ça va, plus j'ai des craintes. La deuxième tient au fait que vous représentez l'aile gauche du PS, celle qui dit vouloir refuser, comme nous, le nouveau traité européen.

 

Je vous aurai donc posé quelques questions qui me semblent essentielles. Parmi les valeurs qui labellisent la notion de gauche figure la justice, notamment la justice fiscale. En tant que membre du gouvernement, vous cautionnez le fait qu'aujourd'hui encore, 80% des revenus du capital échappent à l'impôt, alors que ceux du travail sont taxés dans leur intégralité.

 

Tout aussi grave, plutôt que d'aller vers plus de justice, en prenant équitablement l'argent où il est, vous allez augmenter la CSG, ce qui va amputer le pouvoir d'achat de tous ceux qui souffrent le plus, à commençer par les retraités. Par ailleurs, M. Hollande comme M. Ayrault, prétendent, à des fins de compétitivité, réduire les cotisations sociales des entreprises. Or, vous ne pouvez ignorer qu'il ne s'agit pas d'une charge, mais d'une part de salaire, versée de manière indirecte, par choix d'un système de protection sociale collectif. C'est donc un double hold-up dont sont victimes les salariés. Pourrez-vous tolérer ça longtemps ? Quand vous réduisez ces prétendues charges, vous volez une part de salaire, et l'équivalent de cette part, vous la faites payer aux contribuables. Le drame, M. Hamon, c'est que c'est toujours la même rengaine ; les sacrifices demandés aujourd'hui feront notre bonheur plus tard. Cela fait 30 à 40 ans que ça dure, et ça va de mal en pis pour les peuples. C'est vrai en France comme partout en Europe !!

 

M. Hamon, ne pensez-vous pas qu'il est grand temps de rejoindre le combat constructif et raisonnable du Front de Gauche ?? De prendre vos responsabilités, comme a su le faire J.L. Mélenchon, même si, je le reconnais, c'est un déchirement qui demande courage.

 

Enfin, j'aurai profité de l'occasion, pour interpeller vos camarades Sud Aveyronnais, qui, il y a quelques jours, manifestaient aux côtés des cheminots. Notre ligne est très menacée. Mais dois-je vous rappeler que vous êtes au gouvernement, que vous avez la majorité absolue au parlement, la majorité au sénat, que vous dirigez 21 régions, les plus grandes villes de France, la plupart des communes concernées par la ligne. Que vous faut-il de plus pour agir efficacement ?"

 

André Perez (section PCF de Millau)

 

 

Photo "Enflammons le débat" : http://pcf.fr