Rechercher


Venezuela : Hugo Chavez et la révolution bolivarienne

05/10/2012 07:00

 

Hugo Chavez, la cible récurrente du terrorisme médiatique :

 

"Depuis son élection en 1998, Hugo Chavez a entrepris une vaste transformation économique et sociale au Venezuela dans le but d'obtenir une justice sociale en améliorant le niveau de vie d'une population qui cultivait le paradoxe d'habiter dans l'un des pays les plus riches du continent américain et d'être en même temps dans une singulière pauvreté.

 

Hugo Chavez est un président apprécié par son peuple, ce qui est démontré régulièrement par tous les sondages qui donnent entre 61% à 69% d'opinion favorable. Chavez est également le président qui peut se targuer de disposer de la plus forte légitimité démocratique du continent. En effet, il a largement remporté trois élections présidentielles successives en 1998, 2000 et 2006 avec plus de 60% de voix et un référendum révocatoire en 2004 (inscrit dans la nouvelle Constitution en 1999 pour tous les postes d'élection) que Chavez a gagné avec 59,1% de suffrages. La transparence de ces processus électoraux a été saluée par les plus éminentes institutions internationales.

 

Sa popularité s'explique par les transformations économiques et sociales spectaculaires qui ont permis d'améliorer le niveau de vie de la population. Pourtant, rien n'a été simple pour Chavez. Victime en avril 2002 d'un coup d'Etat orchestré par Washington et la droite vénézuelienne, il fut remis au pouvoir grâce à une extraordinaire mobilisation populaire. Par la suite, en 2003, il a dû faire face à un sabotage des infrastructures pétrolières qui a coûté 10 milliards de dollars à l'économie nationale et est toujours confronté à de multiples tentatives de déstabilisation utilisant de façon récurrente le terrorisme médiatique, national et international.

 

Une véritable révolution en construction :

 

Les nationalisations de secteurs de l'économie et la hausse du prix du pétrole ont généré d'important revenus qui bénéficient à la majorité de la population. Une véritable révolution sociale avec un bilan spectaculaire qui se consolide tous les ans. Citons entre autres :

 

- Alphabétisation de toute la population : le Venezuela est déclaré "territoire libre d'analphabétisme" par l'UNESCO en 2005)

 

L'éducation est une priorité : plus d'écoles avec près de 60 000 nouveaux établissements, plus d'universités, plus de 58 milles bourses pour les étudiants, l'incorporation de 55 000 enseignants et professeurs l'année dernière, création de 75 000 bibliothèques, plus de 10 000 professionnels universitaires diplômés de la Mission Sucre en 2010, parmi eux, 4854 techniciens supérieurs en soins infirmiers.

 

- Accès gratuit à la santé : avec la coopération de Cuba, création de dispensaires et installation de médecins dans les banlieues et le secteur rural autrefois totalement oubliés. La production nationale de médicaments génériques gratuits : chaque mois au Venezuela, sont produits 18 millions d'unités de divers groupes de médicaments. 176 000 vénézuéliens pauvres ont pu récupérer la vue grâce à la Mission Miracle. Le traitement du Sida est gratuit.

 

- Le sport au Venezuela : tous les secteurs de la population y ont accès en 2009. "Barrio Adentro Deportivo" a bénéficié plus de 4 millions de personnes engagées dans le sport et l'activité physique.

 

- Reconnaissance des peuples indigènes : respect de leurs valeurs et vision du monde ; politique gouvernementale tendant à répondre aux besoins les plus urgents des personnes et des communautés des zones indigènes.

 

- Distribution des terre aux paysans : plus de 3 millions d'hectares distribués et mise en place d'aides pour atteindre la souveraineté alimentaire. Programme de constructions et équipements des magasins et supermarchés pour la nourriture et autres denrées à bas prix destinées aux plus démunis.

 

- Pension de vieillesse à plus de 20 000 agriculteurs et pêcheurs : qui ont atteint l'âge de la retraite en ayant travaillé toute leur vie et qui n'ont jamais été inscrits par leurs employeurs à la sécurité sociale.

 

- Lutte contre la malnutrition : magasins alimentaires subventionnés à 30%. Plus de 4 millions d'enfants reçoivent une alimentation gratuite à travers le programme d'alimentation scolaire.

 

- Le salaire mensuel minimum : est déjà le plus élevé de l'Amérique Latine. Il est passé de 285 dollars à 360 dollars en 2011, ce qui bénéficie à 345 877 employés, 62 441 ouvriers et à plus de deux millions de retraités et pensionnés de l'Institut Vénézuelien de Sécurité Sociale (IVSS) pour un total de 2 558 613 personnes. A cette augmentation il convient d'ajouter le ticket alimentaire et les diverses allocations sociales.

 

- Création d'un revenu de protection : pour les adultes sans travail, d'une allocation pour personnes handicapées et du salaire minimum et pension pour les mère au foyer les plus démunis.

 

- Pensions de vieillesse : depuis 2006 un "programme exceptionnel et temporaire" pour assurer les pensions de vieillesse accordées par l'Institut Vénézuélien de Sécurité Sociale (IVSS) pour les assurés qui avaient 60 ans (hommes) et 55 ans (femmes) et les milliers de vénézueliens qui ne pouvaient pas remplir les conditions d'assuré parce qu'ils ont travaillé sous contrat à durée déterminée.

 

- Constructions massives de logements : destinés aux couches populaires et classes moyennes. Mise en place de micro crédits pour les femmes ; Fonds Bicentenaire Venezuela pour des projets productifs des petites et moyennes entreprises génératrices d'emplois.

 

- Régularisation indentitaire des exclus : et des étrangers ayant plus de 5 ans de résidence dans le pays : plus de 5 millions de cartes d'identité délivrées.

 

- Télécommunication et software libre : il y a actuellement 668 cyberspaces qui ont réussi à atteindre plus de 10 millions d'utilisateurs avant 2009. Programme Canaima : livraison d'ordinateurs gratuits à des adolescents et des enfants scolarisés.

 

Pendant les 11 ans du gouvernement du président Hugo Chavez, l'investissement dans les dépenses sociales, a été caractérisé par une augmentation soutenue et significative qui a atteint 330 582 millions de dollars jusqu'en 2009, ce qui représente plus de 60% des recettes budgétaires du pays. Avec 211 173 millions de barils de réserves prouvées de pétrole en 2010, le Venezuela occupe le deuxième rang dans le monde aujourd'hui et vise à atteindre 316 000 millions cette année pour se positionner comme le principal réservoir de la planète. Tous les efforts pour diversifier les secteurs productifs du pays sont les garanties du développement initié avec la Révolution Bolivarienne de Venezuela.

 

Soyez vigilants, ne cedez pas au terrorisme médiatique !"

 

 

Photo : http://chavezhugo.files.wordpress.com

Texte : Cercle Bolivarien de Paris - Le Monde Diplomatique